Je ne photographie pas la politique. J’essaye de suivre des femmes et des hommes qui courent vers des destinations étranges. Des villes sans nom où nous ne restons que quelques heures. Ils viennent là pour prononcer un discours, serrer quelques mains, embrasser quelques joues.

Lorsque le cirque s’interrompt ou qu’il se termine, je capte le relâchement.

Il faut faire vite, profiter de cet instant qui a échappé à la surveillance des communicants.

images under copyright ©Sébastien Calvet
Using Format